Par EBELLE Erwin
 
 
Durant une interview retransmise lors du Journal de France24 du 23 février dernier, le célèbre avocat, Éric Dupont-Moretti, a déclaré avoir été contacté et avoir accepté de faire désormais parti de l’équipe de défense du candidat d’opposition Maurice Kamto.
 
Ce dernier est détenu à la prison Centrale de Kondengui pour, entre autres, insurrection (voir article) d'une manière que le ténor du barreau français qualifie « d'arbitraire ».

Acquitator

Maître Dupont-Moretti a acquis sa notoriété en France en tant qu’avocat pénaliste de par son taux d’acquittement élevé et son style de plaidoyer unique, lui ayant valu le surnom « Acquitator ».

Il a défrayé la chronique en France pour ses défenses victorieuses de Bernard Tapie pour l’affaire de l’arbitrage du Crédit lyonnais, Jean Castela dans l’affaire de l’assassinat du préfet Claude Érignac, Karim Benzema contre les accusations de sollicitation de prostituée mineure, l’ancien candidat de l’opposition de la RDC Moïse Katumbi dans le cadre de l’enquête concernant le recrutement de mercenaires étrangers, et plus récemment, l’acquittement de Georges Tron, accusé de viols en réunion sur plusieurs de ses collaboratrices.

Me Dupont-Moretti a déclaré qu’il se rendrait prochainement au Cameroun afin de s’entretenir avec son client le professeur Maurice Kamto.


L’accord de coopération judiciaire France - Cameroun
 
En principe, l’avocat inscrit au tableau de l’ordre des avocats du Cameroun a le monopole de la représentation des parties devant les juridictions camerounaises en vertu de la loi N°90-059 du 19 décembre 1990 portant organisation de la profession d’avocat.
 
Ainsi, un avocat étranger ne saurait plaider devant les instances camerounaises, quelle que soit la notoriété dont ce dernier jouirait dans son pays d’exercice, sans avoir été préalablement inscrit au tableau de l’ordre.
 
Il existe cependant, une exception, en vertu de l’accord de coopération judiciaire que la France a signé avec le Cameroun en date du 21 février 1974 prévoyant en son article 33 que « les avocats inscrits aux barreaux français peuvent assister ou représenter les parties devant toutes les juridictions camerounaises ».
 
C’est ainsi que Me Dupont-Moretti pourrait valablement se constituer avocat pour le compte du Professeur Maurice Kamto et pourrait ainsi le défendre auprès de la Justice Militaire pour les faits qui lui sont reprochés.
 
Les accords internationaux
 
Au cours de l’interview suscitée, Me Dupont-Moretti a fait mention de l’éventualité de saisir le Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour ce qu’il caractérise de « violations patentes » des droits fondamentaux du Professeur Kamto s’il constate l’incapacité d’organiser la défense du Professeur Kamto.
 
En effet, selon l’avocat renommé, le Cameroun est signataire de plusieurs accords internationaux qui garantissent les droits et libertés fondamentales, et ce dernier entend bien faire valoir les violations alléguées de ces droits au détriment du Professeur Kamto, devant les autorités compétentes en la matière le cas échéant.
 
Alexandrie est un moteur de recherche juridique panafricain permettant d'accéder aux textes juridiques en quelques clics ici.
Vous pouvez nous joindre actuellement via notre page Facebook ou sur notre compte Twitter.
 


Partager :




Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire


Connexion