Par EBELLE Erwin
 
Une vingtaine de jeunes lycéens du lycée Elig-Essono à Yaoundé ont été interpellé pour trafic de stupéfiants.
 
Leur signalement avait été donné aux autorités par les passants ayant reconnu l’uniforme de leur établissement.
 
Une enquête est actuellement en cours pour déterminer les contours de cette activité illicite.
 
La responsabilité pénale des mineurs
 
Pour rappel, la loi pénale en son article 80 dispose que le mineur de 10 ans n’est pas pénalement responsable (alinéa 1), mais au-delà de 10 ans, il est pénalement responsable même s’il peut bénéficier d’aménagements lorsqu’il a entre 10 et 14 ans (alinéa 2), ou d’excuses atténuantes lorsqu’il a entre 14 et 18 ans (alinéa 3). Au-delà de 18 ans, l’auteur d’une infraction est pleinement responsable pénalement.
 
Les mineurs de 14 à 18 ans qui bénéficient de l’excuse atténuante en vertu de la loi verraient leurs peines réduites conformément à l’article 87 du Code pénal.
 
La règlementation en matière de stupéfiants
 
Le Cameroun s’est doté en 1997 d’une législation complexe sur le contrôle des stupéfiants, des substances psychotropes et des précurseurs.
 
La loi de 1997 réprime la production ainsi que le trafic illicite des substances sous contrôle. Aux termes de l’article 93, le trafic de drogue est passible de peines pouvant aller jusqu’à 20 ans de prison et des amendes pouvant s’élever à 125 millions de Fcfa.
 
Alexandrie est un moteur de recherche juridique panafricain permettant d'accéder aux textes juridiques en quelques clics ici.
Vous pouvez nous joindre actuellement via notre page Facebook ou sur notre compte Twitter.


Partager :




Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire


Connexion