Par EBELLE Erwin

 

Ce lundi 07 janvier 2018, une milice armée s'est introduite dans les locaux de la radio nationale gabonaise. Les autorités gabonaise affirment avoir interpellé les auteurs à l'instant.
 
Selon leur communiqué, il s'agirait du « lieutenant Ondo Obiang Kelly B, commandant adjoint de la compagnie d’honneur de la Garde républicaine, président du mouvement patriotique des jeunes des Forces de défense et de sécurité du Gabon (MPJFDS) ».
 
Les miliciens déclaraient que le message de voeux du Nouvel An adressé par le Président BONGO (voir ici) n'avait fait que conforter les doutes sur la capacité du Président à diriger le pays. 
 
Les protagonistes appellaient à l'instauration d'un « Conseil National de la Restauration » dans quelques heures, afin, disaient-ils, « d'assurer la continuité de l'Etat et garantir au peuple gabonais une transition », et ils appellaient plusieurs personalités publiques à rejoindre l'Assemblée Nationale, parmi lesquelles, la Présidente du Sénat, Lucie Milebou Aubusson.
 
L'interpellation de la Présidente du Sénat par les miliciens, n'est pas sans évoquer l'article 13 de la Constitution qui prévoit qu'en cas de vacance de la Présidence pour quelque motif que ce soit, le Président du Sénat assure l'intérim le temps de l'organisation d'une nouvelle élection (voir detail ici). 
 
Les individus interpellés seront sans doute traduits devant la Cour Spéciale Militaire pour Atteinte à la Sûreté de l'Etat, et ils risquent des peines pouvant aller jusqu'à la peine de mort, ou la réclusion criminelle à perpétuité, en plus de la destitution qui emporte la perte du grade et l'exclusion des forces armées.
 
 
Alexandrie est un moteur de recherche juridique panafricain permettant d'accéder aux textes juridiques en quelques clics ici.
Vous pouvez nous joindre actuellement via notre page Facebook ou sur notre compte Twitter.