Par Erwin EBELLE

 

Cette affaire avait suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux il y a quelque jour. Il s’agissait de la mise en détention provisoire de la jeune Judica Moussavou, lycéenne âgée de 16 ans, ainsi que de son frère Diang-Di-Nzaou Yves 2 à la prison centrale de Libreville.
 
Que leur était-il reproché ? Selon leur avocat, ils feraient l’objet d’une instruction judiciaire pour vol aggravé.
 
Ce qu’on sait de l’affaire c’est qu’en rentrant du lycée il y a quelques jours, ayant remarqué qu’un individu se débarrassait d’un sac d’ordinateur dans une poubelle, Judica aurait récupéré ce sac contenant plusieurs documents, notamment des pièces d’identités appartenant à Gildas Maboumdou, magistrat en poste à Libreville. Immédiatement, la jeune lycéenne et sa famille auraient alerté les autorités afin de restituer le sac trouvé dans les ordures.
 
A la surprise générale, Judica et son frère Yves, qui s’était déplacé afin de restituer ledit sac, se voient tous deux cités à comparaître devant le Tribunal de Libreville le 27 décembre 2018.
 
C’est ce vendredi 04 janvier que leur avocat, Maître Anges Kevin Nzigou a obtenu leur libération provisoire. Selon ses dires, l’instruction se poursuit, mais sa stratégie est claire, il s’agit d’obtenir un non-lieu dans l’optique de « laver l’honneur » de ses clients, déclare t’il au micro de Gabon Media Time.
 
Le vol aggravé est puni en vertu de la loi pénale gabonaise d'une peine d'emprisonnement de 5 à 10 ans, et le cas échéant, d'une amende pouvant atteindre 1 millions de francs (art. 296 C. pénal).
 
 
Alexandrie est un moteur de recherche juridique panafricain permettant d'accéder aux textes juridiques en quelques clics ici.
Vous pouvez nous joindre actuellement via notre page Facebook ou sur notre compte Twitter.