Par EBELLE Erwin
 
Comme il est coutume, la journée du lundi 31 décembre 2018 est déclarée chômée et fériée par l'arrêté n°0780/CAB/PR du Président de la République, son Excellence Paul Biya pris en date du 28 décembre 2018.
 
Tel qu’annoncé auparavant, la loi réserve cette faculté au Président, lorsque le jour concerné est une veille de jour de fête qui tombe un mardi (voir explication ici).
 
L’obligation de chômage
 
La loi de 1973 fixant le régime des fêtes légales au Cameroun règlemente les jours fériés et les fêtes nationales.
 
En vertu de cette loi, les jours de fêtes légales sont obligatoirement chômés (article 5). De plus, en vertu de l’article 4, les veilles de fêtes déclarées fériées par arrêtés présidentiel sont en principe assimilées à des jours de fêtes légales.
 
Par conséquent, l’obligation de chômage s’applique également à ces veilles de fêtes. Cette conclusion s’impose d’ailleurs du fait que l’arrêté énonce explicitement que le jour en question est « férié et chômé ».
 
Ainsi, une obligation de chômage s’impose aux employeurs ce lundi 31 décembre 2018 sur toute l'étendue du Cameroun.  
 
Les exceptions
 
Une exception existe néanmoins pour les gens de maison (les ménagères par exemple), les établissements en service continu (les hôpitaux par exemple), ou les entreprises dites « à feu continu » qui figurent sur une liste établie par le Gouvernement (article 6).
 
Hormis les cas d'exceptions suscitées, l'article 8 de ladite loi prévoit que tout travailleur qui exerce son activité un jour chômé doit percevoir en plus de son salaire, une indemnité correspondant au montant dudit salaire. 
 
Chaque employeur et chaque employé est donc invité à se renseigner afin de déterminer si son entreprise, hors cas des établissements en service continu, et des employés de maison, fait partie de la liste des entreprises qui peuvent exiger que les employés exercent leurs activités lors d’un jour férié.
 
 
Alexandrie est un moteur de recherche juridique panafricain permettant d'accéder aux textes juridiques en quelques clics ici.
Vous pouvez nous joindre actuellement via notre page Facebook ou sur notre compte Twitter.


Partager :




Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire


Connexion