Par EBELLE Erwin
 
« Je ne suis pas camerounais, je suis ambazonien », c'est dans ces mots que s'est exprimé Sisiki Ayuk Tabe, le leader présumé des sécessionistes de la région du NOSO lors de son audience devant le Tribunal Militaire de Yaoundé jeudi dernier.
 
L'individu qui avait été appréhendé au Nigéria avant d'être extradié au Cameroun n'avait pas jusque là été informé des chefs d'accusations retenus contre lui (voir article à ce sujet ici). 
 
C'est désormais chose faite, les chefs d'accusations retenus à son encontre sont : L'apologie d'actes de terrorisme, la secession, le financement d'actes de terrorisme, la révolution, l'insurrection, et l'hostilité contre la patrie.
 
L'audience a été renvoyée au 10 janvier 2019 par la Présidente du Tribunal Militaire, Colonel Abega Mbazoa.
 
 
 
Alexandrie™ est un moteur de recherche juridique panafricain permettant d'accéder aux textes juridiques en quelques clics. Vous pouvez l'essayer ici.
Mots-clés de recherche sur Alexandrie : Apologie d'actesSecession, InsurrectionRévolution, hostilité contre la patrie
Voir aussi : Le Code Pénal (lien)


Partager :




Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire


Connexion