Nous avions reporté que Me Michelle NDOKI avait été citée à comparaître devant le Tribunal de Première Instance de Douala le 06 novembre (voir lien).
 
Cette audience avait été reportée en raison de l'investiture du Président, Son Excellence Paul BIYA. L'audience a finalement eu lieu ce 04 décembre.
 
Suivant les requêtes du Procureur Général, après autorisation du Ministère de la Justice, le tribunal a ordonné l'arrêt des poursuites contre Me NDOKI et 45 militants du MRC qui avaient été interpellés dans le cadre des mêmes infractions.
 
Que signifie l'arrêt des poursuites ?
 
L'arrêt des poursuites judiciaires peut être requis par le Procureur Général, à condition que ce dernier ait obtenu l'autorisation du Ministre de la Justice, dans les cas  ces poursuites sont de nature à compromettre l'intérêt social ou la paix publique (Article 64 alinéa 1er).
 
En d'autres termes, les autorités peuvent décider unilatéralement de mettre fin à des poursuites envers une personne citée à comparâître, lorsqu'elles estiment que cela est nécessaire pour présever l'ordre et la paix.
 
Dans le cas d'espèce, il est constant que Me NDOKI est une cadre du parti d'opposition malheureux à la dernière élection présidentielle d'octobre 2018, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). Il est également constant que cette dernière jouit d'une notoriété incontestable, et qu'elle bénéficie d'un sérieux capital sympathie auprès de ses nombreux sympathisants.
 
C'est donc sans doute en prenant en compte ces éléments, que la justice a décidé de mettre fin à l'action contre cette dernière. On peut donc dire qu'il s'agit là d'une victoire politique pour la concernée, étant donné que l'affaire n'a pas été jugée sur le fond.
 
Rappelons tout de même que l'alinéa 4 de l'Article suscité, précise que l'arrêt des poursuites n'empêche pas leur reprise lorsque celles-ci se révèlent nécessaires./.
 
 
 
Rendez-vous sur notre page d'accueil et effectuez une recherche en saisissant les mots-clés suivant : Arrêt des poursuites, décision au fond, intérêt social, paix publique, liberté conditionnelle, révocation, reprise des poursuites.
 
Référence : Code de procédure pénale (lien)
 
EBELLE Erwin 
 


Partager :




Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire


Connexion