Le Conseil Constitutionnel, siégant en vertu de l'article 132 du Code électoral et l'article 3 de la loi 2004-004 du 21 avril 2004 portant organisation et fonctionnement du Conseil constitutionnel (modifiée et complétée par la loi n°2012/015), a statué sur les demandes en annulation partielle ou totale des candidats à l'élection présidentielle du Cameroun ayant eu lieu le 07 octobre 2018. L'auguste jurisdiction a rejeté l'ensemble des recours qui lui ont été présentés.
 
Cette décision est sans recours en vertu de l'article 136 du Code électoral.
 
Désormais, il ne reste plus au Conseil qu'à proclamer les résultats en application de l'article 137 du Code électoral.


Partager :




Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire


Connexion